Circonscription de Ozoir la Ferrière

Inspection de l’Education Nationale

Exemple de séquence d’entraînement à lire de manière fluide un texte court en CE1

26 / 04 / 2016 | Christine Berné

Un ensemble de six séances vous est proposé ici pour permettre à des élèves de CE1 lors de groupes de besoin en classe, lors de séances d’APC de travailler la fluidité de la lecture.
Il ne s’agit pas de travailler spécifiquement le respect de la ponctuation et la lecture expressive mais surtout d’aider les élèves à gagner en rapidité de lecture.

Pour cela :
- Le principe est de proposer des séances rassurantes car toujours sur le même modèle que vous trouverez en pièce jointe (trame d’une séance type d’entraînement à la lecture fluide - lecture au musée) avec une activité de révision à la 4ème séance.

- Les élèves pourront prendre conscience de leurs progrès en comparant la quantité lue avant entraînement puis après entraînement. Ces séances ont été menées cette année dans une école du DAAL et tous les élèves du groupe ont pu mesurer leurs progrès et ont amélioré leur fluidité de lecture des textes étudiés.

- L’enseignant est très explicite sur la démarche : s’entraîner d’abord à lire des mots car ces mots sont dans des phrases que l’on lira donc plus facilement, puis, s’entraîner à lire ces phrases car ces phrases constituent un texte qu’ainsi on lira plus aisément grâce à cet entraînement.

- L’entraînement au décodage est en lien avec le sens. Même si l’objectif est clairement de s’entraîner à lire avec le moins d’hésitation possible des phrases, on n’en oublie pas l’enjeu de la lecture : comprendre ce qu’on lit. C’est pourquoi les élèves sont mis en situation de chercher le sens des phrases pour vérifier la justesse de leur contenu.

- Pour faciliter la lecture, les supports des élèves ont été saisis en doublant les espaces entre les mots.

- Pour lire sans hésitation il faut utiliser ce que l’on appelle la voie directe en lecture, c’est à dire ne pas passer par le décodage des mots. C’est en lisant plusieurs fois un mot que ce mot intègrera le lexique mental du lecteur qui n’aura plus besoin de le décomposer selon les règles grapho-phonologiques pour le lire. Ainsi les textes ont été conçus de manière à proposer à la lecture plusieurs fois un corpus de mots.

- C’est la répétition qui permet une meilleure maîtrise, ainsi en variant les modalités afin d’éviter la lassitude, les élèves lisent au moins quatre fois le texte pendant la séance.

- Afin d’aider à la mémorisation de la forme orthographique de certains mots, chaque séance prévoit un moment d’encodage de mots choisis par l’enseignant afin de favoriser leur intégration dans le lexique mental de l’élève. Si ces mots sont réutilisés en classe, à d’autres occasions, on favorisera davantage encore leur appropriation.

- Les textes font référence à des tableaux que l’on projettent aux élèves. La lecture est mise en lien avec les arts visuels. Vous trouverez en pièce jointe un powerpoint qui présente pour chaque lecture une diapo avec le peintre puis une diapo du tableau évoqué par le texte étudié.
(le site l’école de crevette propose des phrases en lien avec un tableau : http://ekladata.com/cRa_hG33rArJe_XGWsoStxXQo2g.pdf

Les élèves qui peuvent tirer profit de ces séances sont des élèves qui connaissent le code mais ont une lecture hésitante. Pour des élèves ne maîtrisant pas le code, ce sont des séances spécifiques d’apprentissage du rapport grapho-phonologique qu’il faudra planifier après avoir évalué les correspondances non maîtrisées.

Les séances mutualisées dans cette article peuvent bien sûr être complétées, modifiées, enrichies selon les besoins des élèves.
Pour toute question vous pouvez contacter christine.berne(arobase)ac-creteil.fr